4 March 2019 Week Seventeen

Greetings from Antarctica, a beautiful international place.

We have been talking a lot about me being the only human male on base, but I am also the only French. Although it is safe to say that I am the first French man being part of the Port Lockroy team since the renovation of the base, I can certainly not pretend to be the first French man spending time here at Port Lockroy. This title goes to Commandant Jean Baptiste Charcot and his men who named the bay in 1904. Let me tell you a bit more about the very beginning of Port Lockroy’s history.

We are in the early twentieth century, in the start of 1904, and Charcot had just left South America on his ship, the Français, with a lot of presents from the Argentinian government, among which was ‘Toby the polar pig’, their new mascot. Charcot’s objective was to go further south than the last expedition along the west coast of the Peninsula that was led by the Belgian, Adrien de Gerlache. Because there were no direct communication facilities available at the time, the first explorers were building up cairns (rock piles), in which they would leave messages for whoever picked them up. The Argentinian government promised Charcot they would send a ship next summer to Wiencke Island, to collect messages that he would leave there. That is how, in mid-February 1904, while going around Wiencke Island to find a safe anchorage to build a cairn, Charcot discovered a nicely sheltered little bay that he named Port Lockroy, after Edouard Lockroy, a French minister who helped finance his expedition. He left a message there to tell the Argentinian ship they had made it safely up to this point and were heading further south. And here we were, Port Lockroy equipped with a post office since day one!

Charcot came back to his personal post box just after Christmas 1904, to give some updates about his winter experience and tell his plans for the coming summer season. He probably didn’t think that he would be back just two months later, after hitting reefs, to repair his severely damaged ship, safely sheltered at Port Lockroy.

But Charcot’s history with Antarctica and Port Lockroy doesn’t end here as he returned on a new ship, the Pourquoi Pas?  four years later, to spend winter 1909 in the Peninsula. He arrived in Port Lockroy in December 1908 and once again left messages in his cairn to give his position and plans. This time the postmen were the whalers stationed at Port Foster in Deception Island, who promised him they would come and collect the mail from Port Lockroy in February 1909 and January 1910. What a service!

Charcot’s last visit to Port Lockroy’s post office was in February 1909, to give updates on the location of his wintering anchorage, at Petermann Island. He sailed straight south to discover new land when summer arrived.

As you may know, the whalers came to Port Lockroy after that and used the bay to flense their catch for a couple of decades. When the Operation Tabarin men arrived in 1944, they were the first to build an actual base at Port Lockroy, and with it, an actual post box, that followed the mailing tradition of the place, 40 years after Charcot’s first message in a cairn.

What a place!

We are very lucky to live among such history, but although there are no clear remaining tracks of Charcot’s time in Port Lockroy, this week we got offered the opportunity to discover where he wintered on Petermann Island, and what a coincidence, on a French ship.

At 4 a.m. on Wednesday we got picked up for our best expedition South of the Peninsula so far. Florence, a former Port Lockroy base leader, and now Expedition Leader for the Ponant company, organized this trip for us on a non-ship visit day, to celebrate her birthday.  And what a celebration! We started the day cruising the Lemaire channel at 7 a.m., then landed at Petermann Island in the morning, before going further south to the Ukrainian station, Vernadsky, and then on to our UKAHT managed Base F, Wordie House. As you can imagine there is a lot to tell about those three visits!

On Petermann Island, we had our first amazing view of an iceberg field on the surrounding sea. And it is really impressive! We also saw a hand-carved mark left by Charcot on a rock there in 1909 to mark the tide, composed of a line and the two letters P.P. for “Pourquoi Pas?” above it. It was quite emotional to witness that 110 years after it was made.

But our trip south was only just beginning. We kept going and reached the Argentine Islands, home for two bases, a scientific one and a historical one. We first went to the Ukranian station, Vernadsky. We had been sending each other gifts and messages the whole season through ships and sailing boats but hadn’t ever met the team there. It was so good to finally put faces to names, and to visit an active scientific base; our second this season after the Chilean Yelcho.

After that, we went to nearby Wordie House, or Base F, on Winter Island. Base F was a scientific station built in 1947 by the Falkland Islands Dependencies Survey (FIDS) and closed in 1954. It is now one of our sister huts, maintained and restored by UKAHT. Camilla, our CEO, was supposed to go there last week when she left us, as she told you in her blog, but unfortunately, a medical emergency turned her ship north, and she never got the chance to see Wordie House. Us being there was thus a great opportunity for the Trust to get a proper survey of the base, with pictures, videos and a full report of the building conditions. We were absolutely delighted to get to work on our third base, after Damoy Hut and Bransfield House. And I forgot to mention that on top of it all, the weather was stunning! All in all, it was an amazing day at sea, on a nice ship with nice people.

We were still happy to get back to our island and to our little friends who are still growing and now learning to swim in rock pools on the beach. It is always very special to set foot on this place which has been so meaningful to so many different people from different countries for over a century.

 

Guillaume

 

 

 

 

French connexion

 

Bien le bonjour depuis l’Antarctique, ce bel endroit international.

Nous avons souvent parlé du fait que je sois le seul male, humain, sur la base, mais je suis aussi le seul français. Bien qu’il soit possible de dire que je suis le premier français à faire partie de l’équipe de Port Lockroy depuis sa restauration, je ne peux certainement pas me targuer d’être le premier français à passer du temps ici. La palme revient au commandant Jean-Baptiste Charcot et à ses hommes qui découvrirent le lieu en 1904. Laissez-moi vous en dire un peu plus sur les tout débuts de l’histoire de Port Lockroy.

Nous sommes au tout début du 20ème siècle, en 1904, Charcot vient de quitter l’Amérique du sud à bord du Français chargé de cadeaux du gouvernement Argentin, à commencer par Toby, le petit cochon de l’Antarctique, leur nouvelle mascotte. L’objectif de Charcot était de dépasser la limite sud atteinte par la précédente expédition sur la côte ouest de la Péninsule, alors menée par le belge Adrien de Gerlache. Étant donné qu’il n’y avait aucun moyen de communications directe à l’époque, les explorateurs fabriquaient des cairns(petit tas de pierre), à l’intérieur desquels ils laissaient leurs messages, destinés à qui de droit. Le gouvernement argentin avait promis à Charcot qu’il enverrait un bateau l’été suivant à l’île Wiencke pour récupérer tout message qu’il y laisserait. C’est ainsi que, mi-février 1904, faisant le tour de l’île Wiencke à la recherche d’un bon point de mouillage pour construire un cairn, Charcot découvrit une jolie petite baie bien abritée qu’il baptisa Port Lockroy, en mémoire d’Edouard Lockroy, ministre français qui l’avait aidé à financer son expédition. Il laissa un message à destination du bateau argentin, lui signifiant qu’ils étaient arrivé jusqu’à ce point et qu’ils descendaient plus au sud. Et voilà que Port Lockroy était utilisé comme bureau de poste dès ses premiers jours d’existence !

Charcot revint à sa boîte postale personnelle juste après Noël 1904, pour déposer du courrier, donner des nouvelles de son hivernage et faire le point sur ses plans pour l’été en cours. Il ne pensait certainement pas à ce moment-là qu’il serait de retour dans la baie à peine deux mois plus tard pour réparer son bateau sévèrement endommagé par des récifs.

Mais l’histoire de Charcot en Antarctique et à Port Lockroy ne s’arrête pas là ! Il revint quatre ans plus tard sur un nouveau bateau le Pourquoi Pas ? pour passer l’hiver 1909 dans la péninsule. Il arriva à Port Lockroy en décembre 1908, et une fois encore laissa des messages dans son cairn pour indiquer sa position et ses projets. Cette fois les facteurs étaient les baleiniers stationnés à Port Foster sur l’île Deception, qui promirent à Charcot de venir relever le courrier sur l’île Wiencke en février 1909 et en janvier 1910. Quel service !

La dernière visite du Commandant Charcot à la poste de Port Lockroy fut en février 1909, pour donner les détails de son lieu d’hivernage, sur l’île Peterman. L’été suivant il partit directement au sud à la recherche de nouvelles terres inexplorées, sans mettre à jour son cairn.

Comme vous le savez, les baleiniers exploitèrent ensuite la baie pour dépecer leurs prises pendant deux décennies. Quand les hommes de l’opération Tabarin arrivèrent en 1944, ils furent les premiers à construire une base en dur à Port Lockroy, ainsi qu’une vraie boîte postale, qui poursuivit la tradition de transmission de courrier de ce lieu, 40 ans après le premier message laissé par Charcot dans son cairn. Quel endroit !

Nous avons vraiment de la chance de vivre au milieu de tant d’histoire, mais bien qu’il n’y aient pas de traces évidentes du passage de Charcot à Port Lockroy, cette semaine, nous a été donnée l’opportunité d’aller découvrir son lieu d’hivernage sur l’île Petermann, et quelle coïncidence, sur un bateau français.

À 4 heure du matin ce mercredi nous avons embarqué pour notre plus belle expédition au sud de la Péninsule. Florence, une ancienne de Port Lockroy, désormais expedition leader pour la compagnie du Ponant, nous a organisé cette petite excursion alors que nous n’avions aucune visites de prévues, pour fêter son anniversaire. Et de quelle manière ! Nous commençâmes la journée par la traversée du chenal de Lemaire à 7 heure du matin, puis mîmes pied à terre sur l’île Petermann, avant de descendre plus au sud à la station ukrainienne de Vernadsky, puis à la Base F, Wordie House. Comme vous pouvez vous l’imaginer il y aurait beaucoup à raconter de ces trois visites !

Depuis l’île Petermann nous avons pu admirer pour la première fois un champ d’iceberg sur la mer au-delà de l’île, impressionnant ! Nous avons aussi pu admirer un pétroglyphe laissé dans le rock par Charcot en 1909 pour marquer une marée haute, avec une ligne droite et les lettres P.P. pour « Pourquoi Pas » au-dessus. C’était presque émouvant de contempler ce vestige du passé 110 ans après.

Mais notre expédition dans le sud ne faisait que commencer. Nous continuâmes de descendre jusqu’aux iles Argentine, où se trouvent deux bases, l’une scientifique et l’autre historique. Nous avons commencé par la station ukrainienne de Vernadsky. Nous nous sommes envoyés des messages et des cadeaux toute la saison via bateaux et voiliers, mais n’avions jamais rencontré les membres de la base. C’était donc génial de finalement mettre des visages sur des noms, ainsi que de visiter une base scientifique en activité ; notre deuxième cette saison après la chilienne Yelcho.

Après Vernadsky nous sommes allés à la Base F, ou Wordie House, sur l’île Winter juste à côté. C’est une ancienne base scientifique construite en 1947 par les Falkland Islands Dependencies Survey (FIDS), et fermée en 1954. C’est désormais une des bases gérées et entretenues par UKAHT, comme la nôtre. Camilla, notre CEO, était censée s’y rendre la semaine dernière après nous avoir quitté comme elle vous le disait dans son blog, mais son bateau a dû faire demi-tour pour cause d’urgence médical et elle n’a jamais eu la chance de voir Wordie House. C’était donc une chance pour UKAHT que nous soyons sur la base ce mercredi pour pouvoir avoir un état des lieux détaillé avec photos, vidéos et rapport de condition du bâtiment. Nous étions bien entendu ravi d’avoir l’opportunité de travailler sur notre troisième base de la saison après Bransfield House et Damoy Hut. Et j’en omettrai presque de vous dire que le tout se déroula sous un soleil radieux !

Pour résumé c’était une incroyable journée en mer, à bord d’un super bateau, accompagnés de gens adorables.

Nous étions bien-entendu ravi de retrouver notre île et nos petits compagnons qui grandissent et apprennent désormais à nager dans les pataugeoires à marée basse. C’est toujours un moment spécial lorsque nous mettons pied à terre à Port Lockroy, dans ce lieu si cher à plein de gens à travers le monde depuis plus d’un siècle.

 

Guillaume

Subscribe to our newsletter

Submit

Press Enquiries

We are very keen to promote the important heritage work that we do, telling the story of life in Antarctica both past and present. If you are interested in running a story about us, using our images or films or want to discuss an interview or potential collaboration opportunity we would love to hear from you.  Please contact either Sarah or Lewis at Limewash to discuss your requirements sarah@limewash.co.uk or +44 (0)1223 813 557.