28 January 2019 Week Twelve

The Port of Port Lockroy

Another week has flown by here on Goudier Island, and of course, that means more daily visits from passing ships and yachts into our beautiful natural harbour and port. So far this season we’ve welcomed 85 ships and 52 yachts, and indeed had a staggering nine yachts sheltering from a storm together in our back bay this week. Five of them then visited in one morning as a change from our more regular two ships a day schedule. But let me tell you a little more about how these visits work, from the communication beforehand to the tradition of the Port Lockroy farewell wave…

For ship visits, there is a ship scheduler booking system organised by IAATO (International Association of Antarctica Tour Operators) which opens for the upcoming season a few months before. On the day the booking slots are released, the ship operators are poised ready to snap up the dates fitting their sailing itineraries for the season. They will book either a morning or an afternoon slot, and like when trying to buy concert tickets online, it’s a case of first come, first served. One factor that must be considered, however, is the number of passengers on board, as only 350 people can land at Port Lockroy per day, so two ships of 200 passengers each could not book for the same day. So, before we arrive here in November, we have some idea of the ship bookings for the season, but in reality, this changes quite a bit with cancellations due to weather conditions or itinerary alterations. With yacht visits, they tend to just appear in the bay and then we make radio contact to determine when there is a free slot for them to come ashore in the next day or so, depending on the daily passenger landing numbers.

The next stage for a ship visit is a few days before they are expected, when Heidi, our Base Leader, will email the ship to find out what time they are hoping to land, how many guests they have, and potentially if they can provide us with either fresh water, showers, laundry, or to take away our waste or any full mailbags. Just before they are due to arrive there will be radio communication to finalise timings and to confirm a pick-up time for one of us to go on board and give a presentation to passengers about Port Lockroy. We tell them about the history of the base and what they can expect to see when they come ashore. The rest of the team, meanwhile, will be preparing the site for the visit. This entails re-digging the snow steps at the landing site in the early season, and later on ‘laying the white carpet’ by shovelling a fresh layer of clean snow on top of the dirty one, or getting buckets of seawater to scrub the guano-covered rock once the snow has gone in order to prevent guano from getting into the museum. In the meantime, the museum and shop are being opened: curtains are drawn back, the ship’s name is written in the visitor’s book, our solar-powered lights are switched on, and the generator is put outside, ready to be switched on once the passengers arrive.

First to land are the ship’s expedition team who are given a briefing about where people can and cannot go on the island, and how they can help us by, for example, having one of their team at the door of Bransfield House to make sure people clean their boots before entering, and ensuring there are no more than 30 people inside at any time. (Any more and it’s a very tight squeeze in a hut built for between 4-9 people!).

When the passengers land, there are two of us in the shop, one in the museum and one outside. We are here to welcome the visitors, answer their questions and tell them more about the base, and what life is like living with the Gentoos on our tiny island for four months. We also ensure that the penguins can freely go to and from their nests by giving them the right of way – and the power of a penguin can hold up a fair few people if it decides to have a spontaneous preening session in the middle of a path!

As ship visits can last anything from two to six hours plus, we rotate our positions, sometimes coming in if we are getting cold outside, or going outside to get warm as Bransfield House often starts at around 1.5-3°C in the mornings. At the end of the visit, we all go down to the landing site to say goodbye to the expedition team. As their last zodiac dinghy leaves we begin the traditional Lockroy waving competition where we keep on waving until they either give up or get back to their ship. We always win!

By the end of a visit, we aim to have taken out and cancelled all the postcards from the postbox by stamping the dated Port Lockroy postmark on them. We then close the museum by drawing the curtains to prevent light damage to the artefacts, turning off the generator and the lights, and re-stocking the gift shop before the next visit which may only be in a couple of hours’ time. Everything on site has to be either pulled over snow in a sledge or as is now, carried by hand over bare rock, so we get our daily mini workouts every time we restock. Whoever is on cook duty for the day is by now inside preparing food (unless we’ve been invited on board for a meal). Then it’s time to go in, get warm and refuel…after we’ve done gash duty, and before writing the daily base diary or finding time to do some cleaning or any of our other many duties, or, as some of the team aim to fit into the day, a nap!

With ships arriving from 7 a.m. and sometimes not leaving until 8.30 p.m., that’s why the majority of our time is taken up with our 17-18,000+ visitors per season to the island. Consequently, our visitors help to enable UKAHT to keep our bases open and our historic huts alive for people to enjoy a taste of what life was like when the sites were operational 70 odd years ago.

 

Hannah

P.S. A big thank you to last year’s Lockroyan, Sophie, for sending us our super cool penguin bookmarks!

 

 

 

 

 

Le port de Port Lockroy

Encore une semaine s’est envolée sur l’île Goudier, et avec elle de nouvelles visites de bateaux et de voiliers de passage dans notre superbe port naturel. Jusqu’à présent cette saison nous avons accueilli 85 bateaux de croisière et 52 bateaux de plaisance, avec l’impressionnant record de neuf voiliers d’un coup, à l’abri de la tempête, dans l’anse de Port Lockroy cette semaine. Cinque d’entre eux sont venus visiter la base un matin, ce qui nous a changé un peu de notre rythme habituel de deux bateaux de croisière par jour. Laissez-moi vous raconter comment fonctionnent ces visites de l’île, des échanges d’emails au préalable jusqu’à la traditionnelle « waving competition » depuis les rochers.
 
En ce qui concerne la visite des bateaux de croisière, tout se passe via une centrale de réservation en ligne, gérée par l’IAATO (Association Internationale des Tours Opérateurs de l’Antarctique), qui ouvre quelques mois avant le début de la saison. Le jour d’ouverture des réservations, les opérateurs des navires sont sur le qui-vive prêt à se jeter sur les créneaux qui correspondent à leurs itinéraires de croisière pour toute la saison. Ils ont le choix entre des créneaux du matin ou de l’après-midi, et comme quand vous achetez une place de concert en ligne, premier arrivé, premier servi. Il reste à considérer le nombre de visiteurs autorisés par jour par lieu, nous ne pouvons pas accueillir plus de 350 personnes par jour à Port Lockroy, donc deux bateaux de 200 personnes ne peuvent pas réserver en même temps. Lorsque nous arrivons en novembre nous avons de ce fait déjà une bonne idée de notre calendrier des visites pour la saison, bien que des annulations puissent avoir lieu à cause de la météo ou de changements de programme. Pour les bateaux de plaisance, ils ont plutôt tendance à arriver dans la baie comme ça. Nous établissons un contact radio et voyons avec eux quand est-ce que nous pouvons les recevoir sur la base, en fonction de notre nombre de visiteurs quotidien. Il peut leur arriver d’attendre plusieurs jours avant de pouvoir mettre le pied sur l’île.
 
L’étape suivante pour la visite d’un bateau se fait quelques jours avant leur créneau, par email, avec Heidi notre base leader, qui leur demande à quelle heure ils comptent débarquer, combien de passagers, et si potentiellement ils peuvent nous fournir de l’eau fraîche, des douches, une lessive, récupérer nos poubelles et/ou récupérer le courrier. Juste avant leur arrivée il y aura de nouveaux échanges par radio, pour finaliser les détails et confirmer l’heure de récupération de l’un de nous qui ira à bord faire une présentation sur Port Lockroy aux passagers. Nous leur parlons de l’histoire de la base et de ce à quoi ils peuvent s’attendre en la visitant. Pendant ce temps le reste de l’équipe prépare le site pour la visite. Cela implique de pelleter la neige du débarcadère en début de saison, dérouler le tapis blanc en mettant un peu de neige fraîche sur la neige boueuse en milieu de saison, et nettoyer le guano des rochers en fin de saison, pour s’assurer que les visiteurs de saliront pas Bransfield House avec leurs bottes pleines de guano. En même temps le musée et la boutique sont ouverts : les rideaux sont tirés, le nom du bateau est écrit sur le livre d’or, nos ampoules solaires sont allumées, et le générateur est sorti, prêt à être démarré à l’arrivée des passagers.
L’équipe d’expédition est la première à terre, nous les briefons sur ce que leurs passagers peuvent et ne peuvent pas faire sur l’île. Nous leur demandons aussi de nous aider en vérifiant par exemple que tous les visiteurs nettoient leur bottes avant d’entrer dans Bransfield, et en s’assurant que pas plus de 30 personnes ne soient à l’intérieur du bâtiment à la fois. (Plus et ça devient un peu étriqué dans une hutte construite à la base pour 4 à 9 personnes !)
Quand les passagers arrivent, deux d’entre nous sont dans la boutique, un dans le musée et le quatrième dehors. Nous sommes là pour accueillir les visiteurs, répondre à leurs questions, et leur en dire un peu plus sur notre vie au milieu des Papous pendant 4 mois sur notre petite île. Nous nous assurons aussi que les manchots puissent circuler librement depuis et vers leurs nids en leur donnant la priorité. Un manchot a d’ailleurs le pouvoir d’immobiliser un bon nombre de personnes s’il décide soudainement de se nettoyer les plumes au milieu du passage !
Une visite de bateau peut durer entre deux et six heures, voire plus. Nous tournons à nos postes, rentrant à l’intérieur s’il fait froid dehors, ou sortant nous réchauffer au soleil s’il fait trop froid dans notre chère Bransfield House qui commence généralement la journée à 1,5/3 degrés. À la fin de la visite nous nous rendons tous à l’embarcadère pour saluer l’équipe d’expédition. Alors que leur zodiac s’éloigne commence la traditionnelle « waving competition » où nous nous saluons mutuellement jusqu’à ce que l’un des partis abandonne, ou bien qu’ils atteignent leur bateau. Nous gagnons toujours !
 
Nous essayons d’avoir fini d’oblitérer à la date du jour tout le contenu de notre boîte aux lettres à la fin de la visite. Nous fermons ensuite le musée, en tirant les rideaux pour protéger les artefacts du soleil, en éteignant les lumières et le générateur, et en re-stockant la boutique en vue de préparer la prochaine visite qui n’est souvent que deux heures après. Nous nous servions de luges pour tirer les cartons sur la neige, mais devons désormais les porter un par un sur les rochers entre le boatshed et Bransfield House pour re-stocker la boutique, ce qui nous procure notre petit exercice quotidien. Celui qui est de corvée de cuisine est en général déjà derrière les fourneaux (à moins que nous soyons invité à bord pour manger). Il est enfin temps de rentrer à l’intérieur se réchauffer et se restaurer, après nous être occupé du « Gash », et avant de rédiger le compte rendu de la journée, ou faire un peu de rangement, ou autres tâches multiples que nous avons à effectuer ; certains arrivent même à caler une sieste au milieu de tout ça !
 
Avec des bateaux nous rendant visite de 7 heure du matin jusqu’à parfois 20h30, la plus grande majorité de notre temps est dédiée à l’accueil de nos 17-18000 visiteurs par saison. En conséquence de quoi, les visiteurs aident UKAHT à maintenir ses bases ouvertes et en état pour permettre aux futurs visiteurs de se faire une idée de ce à quoi ressemblait une base en activité il y a 70 ans.
 

Hannah
 
P.S. Un immense merci à Sophie, de l’équipe de l’année passée, pour nous avoir envoyé des manchots marque pages super cool.

Subscribe to our newsletter

Submit

Press Enquiries

We are very keen to promote the important heritage work that we do, telling the story of life in Antarctica both past and present. If you are interested in running a story about us, using our images or films or want to discuss an interview or potential collaboration opportunity we would love to hear from you.  Please contact either Sarah or Lewis at Limewash to discuss your requirements sarah@limewash.co.uk or +44 (0)1223 813 557.