25 November 2018 Week Three

The same, but totally different second time around

When asked last season in an interview what I thought it would be like returning to Port Lockroy for a second season, I replied, “I think it will be much more of the same, yet totally different,” which afterwards, I realised was something of an oxymoron. Today, a year to the day since I arrived last year, and now I have been here two weeks, I recognised that it is quite true.

This time it was very different arriving with my new teammates, compared with travelling down by myself last season, and when all three of them exclaimed how small their new home on 200m long Goudier Island looked from the ship as we approached, it made me smile. Yet with all the snow we’ve had, and no time off until next week, they’ve not even had a chance to see half of the island.

Another difference was having the conservation team already in residence, and well into their programme of work, including making two extra beds so that at least most of our eight-person team would have somewhere to sleep. (Al seems perfectly happy camping outside, though.) We went down to seven on Saturday, however, as Adele departed, having fulfilled her role superbly as Field Assistant to the conservation team and giving the Port Lockroy team the benefit of her knowledge from two full seasons here as Base Leader.

This week, all eight of us went around the museum to learn more about some of the fascinating artefacts we have, and the conservation team shared their stories and experiences connected with them. For instance, Michael, when preparing to repaint the bunk room in 2011, was part of the team who revealed the Painted Ladies murals that had been mysteriously painted over in the 1980s. Geoff, from his studies of old Port Lockroy photos, was able to tell us about the many transformations that Bransfield House had undergone over the years as walls, doors and windows were moved and new rooms added. From Al’s experience in meteorology, we learnt more about the old weather balloons which were used here when Port Lockroy operated as a scientific research station after the Second World War until the early 1960s. He also taught us more about the old barograph which we keep working today. And from Adele’s knowledge of the artefacts, she pointed out some of Base A’s secrets including a food inventory hidden behind the pantry door. It has been a privilege to live and work with the conservation team this season and to learn from seeing Port Lockroy through their conservators’ eyes.

This time last season, I arrived after the first cargo drop, but this weekend, we all experienced what felt like a premature ‘Christmas cargo’, receiving almost 200 boxes thanks to National Geographic Explorer who had carried them from the Falkland Islands. Today, we set about opening some of them to find out what food we’d been sent to last us the whole season, and to restock the gift shop with exciting new merchandise lines.

Along with the differences, some things have remained the same here though; never failing to appreciate our stunning location surrounded by rumbling calving glaciers, and loving life with our feathered friends, the Gentoos, as they continue to steal each other’s pebbles in their efforts to maintain their nests which are becoming ever more populous in eggs. Our control colony this week is up to 89% of nests with at least one egg, so within the next week or so, this will trigger our first full island egg count. We’ve even found at least one nest with a rare three eggs in. Our wildlife observations are such an enjoyable part of living here, and every day we record everything we see in our base diary: This week, we’ve had a close encounter with some Minke whales whilst travelling back from a ship, watched a juvenile elephant seal blowing bubbles as it lazed half submerged, and have had both a Chinstrap and an Adelie penguin joining our Gentoos on the island on the same day.

The weather here is a fine example of being the same but different in its ever-changing manner. We’ve had lots of snow so far this season, meaning plenty of digging every day to re-find our landing site steps as well as our artefact sledges. It has been hard for some of the penguins, though, who only build nests on exposed rock, so they have been bunkering down in their own snow troughs, waiting until the storms pass.  

As our early season progresses, we are starting to receive more ships and had our first yacht visit too this week. We find it amazing how such small sailing vessels make it across the Drake Passage, known for its rough seas and the ‘Drake Shake’, but in turn, many visitors are equally astonished by our lives here for four months with no means of leaving the island by ourselves. From my experience last season, however, I know how lucky we are to be working here at Port Lockroy for the whole summer, and I have a strong feeling that the rest of the team feel the same way too.

Hannah

 

  

On remet la même, mais totalement différente

 Lorsque l’on m’a demandé la saison dernière au cours d’une interview ce que je pensais d’une nouvelle saison à Port Lockroy, j’ai répondu : « Je pense que ce serait sensiblement la même chose, mais totalement différent » ; bel oxymore. Aujourd’hui, exactement un an après mon premier pas sur l’île, et deux semaines après notre arrivée, je dois admettre que c’est tout à fait exact.

 Faire le trajet depuis Ushuaïa avec mes nouveaux co-équipiers au lieu d’être seule comme l’année dernière était déjà une sacré différence. Ça m’a fait sourire de les entendre dire à quel point les 200m de long de l’île Goudier paraissaient petits depuis le bateau, alors qu’avec toute la neige qu’il y a et pas de jour de repos avant la semaine prochaine, ils n’ont même pas encore eu l’occasion d’en voir la moitié.

Avoir l’équipe de conservation bien installée et déjà à l’œuvre lors de notre arrivée était une autre grosse différence. Heureusement qu’ils ont construit deux nouveaux lits superposés d’ailleurs, pour que nous puissions a peu près tous dormir au chaud. (Bien qu’Al soit ravi de camper sur la neige.) Nous ne sommes plus que sept depuis samedi, Adèle nous ayant quitté, après avoir superbement remplit son rôle d’assistante terrain pour l’équipe de conservation, et d’avoir fait bénéficier l’équipe de Port Lockroy de son savoir avec ses deux années d’expérience en tant que Base Leader.

Cette semaine nous avons tous les huit passé du temps dans le musée, où l’équipe de conservation avait à cœur de partager avec nous leur savoir sur les pièces uniques qui s’y trouvent. Michael, par exemple, faisait partie de l’équipe chargée de repeindre le dortoir en 2011, qui en grattant la vieille peinture à fait apparaître les désormais célèbres « Painted Ladies », mystérieusement recouvertes dans les années 80 par on ne sait qui. Geoff de son côté est un spécialiste de la bâtisse Bransfield House et connaît toutes les transformations qu’elle a subit depuis sa première édification en 44 ; les nouvelles pièces, les fenêtres qui n’étaient pas là, celles qui ont disparu, les cloisons qui ont bougé, les différentes portes d’entrée avec ou sans sas … Quand à Al, très calé en météorologie, il a pu nous raconter des tas de choses sur tous les objets de mesure utilisés par les scientifiques entre 1945 et 1962. Certains comme le vieux Barographe fonctionnent encore aujourd’hui, pour notre plus grand plaisir. Adèle de son côté nous a révélé quelques secrets de la Base A, tels qu’un inventaire alimentaire caché derrière la porte du cellier. Ça a vraiment été un privilège de passer du temps avec l’équipe de conservation cette saison et d’en apprendre d’avantage sur Port Lockroy à travers leurs yeux.

La saison passée j’étais arrivée après la première livraison de marchandises, mais ce weekend c’était un peu Noël avant l’heure sur Goudier, avec près de 200 cartons transportés par National Geographic Explorer depuis les îles Malouines pour nous. On a de ce fait passé notre journée à ouvrir des cartons pour découvrir les gourmandises en conserve qui nous régaleront toute la saison, ainsi que plein de nouveautés pour la boutique.

Certaines choses changent donc, mais d’autres restent les même. Je ne manque pas d’admirer notre incroyable localisation, entourée de glaciers, et d’aimer la vie avec nos duveteux amis les Gentoos, qui continuent de courir après les cailloux pour consolider leurs nids qui se remplissent d’œufs. Le dernier comptage dans la colonie test a révélé 89% de nids avec au moins un œuf. On a même trouver plusieurs nids avec 3 œufs. On se rapproche donc à grand pas de notre premier comptage global dans tous les nids de l’île. Observer la vie sauvage est vraiment une super part de notre travail ici, nous notons scrupuleusement tous les jours dans notre carnet de bord tout ce que nous voyons. Cette semaine nous avons vu des baleines depuis le zodiac en revenant d’un bateau, un jeune éléphant de mer faire des bulles dans l’eau allongé sur un rocher la tête à moitié submergée, et la visite simultanée d’un manchot Adélie et d’un manchot Chinstrap qui ont passé la journée sur l’île avec leurs cousins.

Le temps ici est aussi un bon exemple du ‘same same but different’. Contrairement à l’année dernière nous avons eu beaucoup de neige, ce qui implique du pelletage quotidien pour garder accessible notre embarcadère, ou protéger nos Traineaux d’époque. C’est d’ailleurs dur pour certains manchots qui se font ensevelir par la neige jusqu’à se retrouver carrément dans un trou, attendant que ça passe.

 Comme nous entrons plus en avant dans notre saison, nous recevons de plus en plus de visites de bateaux, et avons même eu notre première visite de Yacht. Cela paraît d’ailleurs incroyable que de si petits bateaux puissent passer le cap Horn et ses eaux tumultueuses. D’un autre côté la plupart des visiteurs sont surpris par nos quatre mois à passer ici sans aucun moyen de quitter l’île par nous-même.

Bien entendu, de mon expérience de la saison dernière je sais la chance qu’on a de travailler ici à Port Lockroy pendant tout l’été, et je suis convaincu que le reste de l’équipe ressent la même chose.

 

Hannah

Subscribe to our newsletter

Submit

Press Enquiries

We are very keen to promote the important heritage work that we do, telling the story of life in Antarctica both past and present. If you are interested in running a story about us, using our images or films or want to discuss an interview or potential collaboration opportunity we would love to hear from you.  Please contact either Sarah or Lewis at Limewash to discuss your requirements sarah@limewash.co.uk or +44 (0)1223 813 557.