25 February 2019 Week Sixteen

Greetings, guest blogger Camilla here! For those who don’t know me, I am the Chief Exec. of UKAHT and am halfway through a month-long visit to the Peninsula, spending time with the team here, and later, carrying out some inspections of the other historic huts on the Peninsula.

One of the reasons for my visit to Base A is to get under the skin of the operations, to see (and join) the team in action and gain a working perspective of this arm of the Trust’s activities.  My role tends to be more concerned with strategic matters surrounding the work of the Trust – forward planning, working with our stakeholders and developing partnerships with other organisations to further our charitable aims.

However, being able to get involved in the operation, to see how the decisions we make back in Cambridge impact down here in Antarctica is so important, not least as a reality check.  This has been my first opportunity to spend more than a few hours on site.

I have been struck by many things – the professionalism and energy of the team and how they have the operation running so smoothly, the huge variety of ship visits and visitors, the generosity of the ships to the team, quite how integral counting things is to base life, and how quickly one can get used to basic living facilities. It has been at once eye-opening, reassuring, inspiring and fun.

One of the aspects of working in the Antarctic that I get involved with back in Cambridge is, of course, ensuring our operations are compliant with the terms of the Antarctic Treaty and Environmental Protocol – two major pieces of international legislation which govern all of us who operate down here. As many of you will know, the Antarctic Treaty is an elegant international agreement which allows the 50+ signatories to carry out activities in Antarctica in the pursuit of peace and science. Regulations within the Environmental Protocol govern the activities of national science programmes, tourism and, of course, heritage management. Everything we do requires a permit from our own government, under the Treaty, and this concerns issues such as how we work amongst the penguins, deal with our waste, manage visitors and even what foodstuffs we can bring south. Whilst the permit is issued by the Foreign and Commonwealth Office in our own government, all activities can be subject to international inspection. Any base, ship, yacht and field camp could be inspected at any time. So, when the radio piped up last evening with a call from the Chilean Naval vessel Aquiles, we were interested to hear that they had an international delegation on board and intended to come ashore today to inspect our operation.

Whilst this can sound daunting, I was pleased that I was here to greet the group, and support Heidi in talking through the finer points of our operations and demonstrate our commitment to ethical and environmentally responsible activity. How we conduct ourselves in Antarctica is a primary concern for UKAHT, and despite our modest size, we accomplish a great deal according to these exacting international standards. The group, comprising scientists and government officials from Chile, Argentina and Uruguay, were openly fascinated by our conservation work, asked several searching questions and examined our facilities. I hope they left satisfied with how we go about our business and the measures we have in place to work safely and sustainably. We will see later in the year before the report is presented at the next Antarctic Treaty meeting in Prague.

As my week at Port Lockroy with the team comes to an end and I board a ship to head further south tomorrow, I am reflecting on what an extraordinary trip it has been so far.

I don’t suppose I need to tell you what a beautiful and ever-changing place Port Lockroy is: The colours, the light, the sounds and, of course, the smells, all delivered in ultra-high definition wide-screen can, at times, take your breath from you. The days here are long and full and there is much work to do, but we always try to find the time to pause, sit on a rock at the landing site and watch the sun go down, or step out on the back porch of the Nissen hut and watch the moon rise over Mount Jabet.

The spectacular landscape and wildlife combined with the compelling history and being able to share them is what draws me to Antarctica and my work at UKAHT. When the two come together as they have in magnificent fashion this week I cannot fail to be inspired anew in confronting the challenges of taking care of this corner of British history. Meeting others with the same enthusiasm only serves to reinforce the importance of our work down here.

Another unexpected highlight was a visit by a group of supporters of the South Australian Museum who were travelling with Peter Rymill and members of his family. Peter’s father, John Rymill, led the British Graham Land Expedition (BGLE) in the 1930s. This is a story closely entwined with several of our sites, as they explored and mapped the Peninsula aboard the Penola. I met this group during my first ever visit to Damoy Hut where they were learning about the BGLE’s airborne endeavours, after which we travelled together to Port Lockroy, picking up the next chapter of the Rymill story. To meet a group so clearly enthralled by the story and feeling such a connection with these special places was a privilege to witness. Seeing these places through their eyes gave me a new perspective and reinforced the view that the layers of human heritage in Antarctica can speak to us all differently. I would recommend anyone interested to read about the BGLE; a fascinating story which paved the way for Operation Tabarin and those who followed. I am looking forward to following in their wake as I travel south to Marguerite Bay next week.

So, I leave Port Lockroy and the team tomorrow. It has been a wonderful experience and I haven’t even mentioned penguins! Thank you to the team; Heidi, Kirsty, Guillaume, Hannah and Sally for making me so welcome, for tolerating my loud typing and showing me the real Port Lockroy - it has been unforgettable. And guys, I will get you that new pencil sharpener and I will work on my radio technique!

Next stop, Marguerite Bay, and I hand you back to the usual team.



Camilla

 

 

 

L’appel de l’inspecteur

 

Bonjour ami bloggeurs, ici Camilla ! Pour ceux qui ne me connaissent pas je suis la présidente de UKAHT, et fais actuellement le tour de nos 6 bases dans la Péninsule Antarctique pendant un mois, passant du temps avec l’équipe de Port Lockroy en ce moment, et en route demain pour les autres bases historiques.

Une des principales raisons de ma visite à la Base A était de me glisser dans la peau d’un membre d’équipe de Port Lockroy pour participer aux opérations et d’obtenir différentes perspectives de cette partie des activités de l’association. Mon travail est plutôt centré sur la stratégie et le planning global des différentes activités de l’association de concert avec nos actionnaires, et le développement de partenariats avec d’autres organisations pour aller toujours plus loin dans notre engagement associatif, à but non lucratif.

Quoi qu’il en soit, prendre part aux opérations et voir comment les décisions prises à Cambridge impactent la vie ici est vraiment important, rien de telle qu’une immersion dans la réalité. C’était ma première occasion de passer plus que quelques heures sur le site. Plusieurs choses m’ont marquées ; le professionnalisme et l’énergie de l’équipe, et la façon très à l’aise qu’ils ont de gérer les opérations, la variété incroyable de bateaux et de visiteurs, la générosité des bateaux vis-à-vis de l’équipe, la quantité de choses à compter sans arrêt dans la vie de la base, et à quel point on s’habitue vite au confort minimum. Tout cela m’a à la fois, ouvert les yeux, rassurée, inspirée et divertit.

Un des aspects des activités en Antarctique auquel je suis confronté à Cambridge est, bien entendu, de m’assurer que nos opérations soient conformes aux termes du Traité de l’Antarctique et du Protocol Environnemental, deux des principaux morceaux de législation internationale qui gouvernent toute activité ici en Antarctique. Comme la plupart d’entre vous le sait, le Traité de l’Antarctique est un élégant accord international qui autorise les 50 et quelques pays signataires à poursuivre des activités en faveur de la nature et la science, en paix. Les règlementations du Protocol Environnemental régule les activités à la fois des programmes scientifiques, touristiques, et historiques. Tout ce que nous entreprenons nécessite un permis de notre propre gouvernement, au sein du Traité. Cela concerne par exemple comment nous travaillons au milieu des manchots, ce que nous faisons de nos déchets, comment nous gérons les visiteurs ou même le type d’aliments que nous amenons au sud. Bien que les permis soient issus par le ministère des affaires étrangères et du Common Wealth (en ce qui concerne l’Angleterre), toute activité peut tout de même être soumise à une inspection internationale, sans préavis. Nous étions donc intéressé d’apprendre l’autre soir, lorsque la radio se mit à communiquer, que le bateau de la marine chilienne Aquiles allait venir nous rendre visite le lendemain avec une délégation internationale pour contrôler nos opérations.

Comme cela peut sembler un peu déroutant, j’étais contente de pouvoir être là pour accueillir le groupe et épauler Heidi dans la présentation du moindre détail de nos opérations, prouvant notre engagement total au respect des règles éthiques et environnementales. Notre comportement en Antarctique est une préoccupation majeure pour UKAHT, et malgré notre modeste taille nos accomplissements sont nombreux selon les standards internationaux. Le groupe composé de scientifiques et officiels des gouvernements chilien, argentin et uruguayen était ouvertement fasciné par notre travail de conservation, posait plein de questions et a fini par une visite de nos facilités. J’espère qu’ils sont partis satisfait par la façon dont nous gérons nos activités et les mesures que nous prenons pour travailler de manière durable et en toute sécurité. Nous verrons le résultat de l’enquête lorsqu’il sera présenté à la prochaine réunion du Traité de l’Antarctique à Prague plus tard dans l’année.

Comme ma semaine à Port Lockroy avec l’équipe se termine et que j’embarque à bord d’un navire demain pour descendre plus au sud, je me rends compte à quel point cette aventure a été extraordinaire jusqu’à là. Je suppose que je n’ai pas besoin de vous dire à quel point Port Lockroy est magnifique et en constant changement : les couleurs, la lumière, les sons et bien sûr les odeurs, le tout livré sur écran géant en haute définition, sont à couper le souffle.  Les journées ici sont longues et bien rempli, mais nous trouvons toujours un peu de temps pour une petite pose, s’asseoir sur un rocher au débarcadère et regarder le coucher de soleil, ou sortir sur la terrasse arrière de la Nissen et admirer la lune au-dessus de Mont Jabet.

Le paysage spectaculaire et la vie sauvage combinés à l’histoire et de pouvoir partager cela sont ce qui me lie à l’Antarctique et mon travail avec UKAHT. Quand le tout est combiné comme cela s’est magistralement passé cette semaine, je ne peux qu’être inspirée pour affronter les défis que représentent le maintien de ce petit coin de l’histoire britannique. Rencontrer d’autres personnes qui partagent le même engouement ne fait que renforcer l’importance de notre travail ici.

Une autre des surprises de cette semaine fut la visite d’un groupe de supporters du « South Australian Museum », qui voyageait avec Peter Rymill et des membres de sa famille. Le père de Peter, John Rymill avait mené la « British Graham Land Expedition » (BGLE) dans les années 30. C’est une aventure étroitement liée avec plusieurs de nos sites vu qu’elle avait pour but de cartographier les parties non encore explorées de la Péninsule à bord de la Penola. J’ai rencontré ce groupe lors de ma toute première visite à la Damoy hut, alors qu’ils étaient sur les traces des héritage aérien du BGLE. Après quoi nous sommes allés ensemble à Port Lockroy, en route pour le prochain chapitre de l’histoire de Rymill. C’était réellement un privilège d’assister à un tel engouement pour ces lieux historiques de la part de ce groupe. Re-découvrir ces lieux à travers leurs yeux m’a ouvert de nouveaux horizons et renforcé l’idée que ces différents héritages historiques nous parlent à tous différemment. Je recommande à tous ceux que cela intéresse de vous renseigner sur le BGLE, une histoire fascinante qui ouvrit la voie pour l’opération Tabarin et celles qui suivirent. J’ai hâte de suivre leur trace en descendant à Marguerite Bay la semaine prochaine.

Me voici donc sur le départ. Ce fut une expérience formidable, et encore je ne vous ai même pas parlé des manchots ! Merci à l’équipe : Heidi, Kirsty, Guillaume, Hannah et Sally pour m’avoir réserver un tel accueil, d’avoir supporté le bruit que je fais en tapant sur mon clavier et de m’avoir fait découvrir le vrai Port Lockroy, ce fut inoubliable. Et les amis, je vous obtiendrai ce nouveau taille crayon, et promis je pratiquerai ma technique de communication par radios !

Prochaine étape, Marguerite Bay, et je rends l’antenne à l’équipe habituelle !

 

Camilla

 

Subscribe to our newsletter

Submit

Press Enquiries

We are very keen to promote the important heritage work that we do, telling the story of life in Antarctica both past and present. If you are interested in running a story about us, using our images or films or want to discuss an interview or potential collaboration opportunity we would love to hear from you.  Please contact either Sarah or Lewis at Limewash to discuss your requirements sarah@limewash.co.uk or +44 (0)1223 813 557.