24 December 2018 week seven

During our daily ship and yacht visits, people often ask us, ‘So what exactly do you do here?’, or inquire about the research we are doing, assuming we are a scientific base. We reply that the majority of our time is taken up with welcoming visitors during our four months here to our museum, post office and gift shop which helps raise funds for the trust. To this, they then ask what we do in our free time, to which we answer that we rarely have any as life on base keeps us busy for at least 14 hours a day, usually. However, we do of course do much more than just run visits, and certainly from my perspective as Port Lockroy’s postmistress again, I thought I’d provide a little insight into some of the philatelic jobs we do here.

This week, for example, I sent out 100 kilograms of mail in 4 days, and when you consider how much a single postcard weighs (about 8g), you can appreciate how many postcards that amounts to. We will cancel (which means to stamp the dated postmark on) about 80,000 postcards during the season, so whenever there’s a spare minute in the shop we cancel the postcards from our little post box or work our way through the 15-20 kilos that we can be given from a single ship (if they have been collecting it on board since February, as was the case this week).

We also do a lot of philatelic work for Stanley Post Office in the Falklands, which is where all outgoing mail arrives via a cruise ship, before being flown to the UK, and then onwards. Every year, the Foreign and Commonwealth Office of the British Antarctic Territory issues new stamp designs, and this year, along with a set commemorating the anniversary of the end of World War I, and some beautiful landscape images of Port Lockroy, penguins and seals feature heavily on our new stamps, and are very popular sellers. Each set of stamps is stuck onto a special decorative envelope, and must then be cancelled with a special cancel which specifies the first day the stamps were released. Here, that means the day that we arrive at Port Lockroy for the season to start processing them. This year, that was November 1st, when the conservation team arrived, bringing with them 13,000 of these First Day Covers, as they are called. So, one of our ‘free-time filler’ challenges for the season is to cancel all of these and return the majority to Stanley where they will be sold on from there.

As well as selling our stamps and First Day Covers in our post office, this week we took a mobile post office on board a large ship whose passenger numbers exceed our daily landing limit. Whilst on board, we give presentations about UKAHT and the history of Port Lockroy, from its first sighting in 1873 by Eduard Dallmann, its naming in 1904 after Jean-Baptiste Charcot’s sponsor, Edouard Lockroy, and later its 12-years as a whaling station, to the reason why people now visit us: to see inside Base A or Bransfield House. This building was built in 1944 as part of a secret wartime mission by the UK government code-named Operation Tabarin, named after a Parisian nightclub, to establish territorial claims in Antarctica. It was Britain’s first permanent base in Antarctica and was manned almost continuously until 1962. After the war ended, scientific research took precedence and indeed produced internationally acclaimed results, leading in the field of geophysics, ionospherics, and later being used to determine that there was a hole in the ozone layer. These days, when our visitors come, they get a taste of life as it would have been back in the 1950s, with around 3500 artefacts on display in Bransfield House, our living museum.

However, when the base was active back then, there weren’t any penguins nesting on the island. They didn’t move in until the 1980s when they found themselves a nice old building (aka Bransfield House) to actually move into! They were politely asked to move out in the mid-90s when the building was restored, but have continued to nest both around and underneath Bransfield House and our Boatshed building. This week, we have had our eyes and ears primed for an early Christmas present of our first chick sighting of the season, and it was Kirsty who heard the first ‘cheeps’ and then found our number one chick on 20th December, followed by Guillaume who saw the second chick in the same nest the following day. And since then, they’ve been popping out from all the 900+ eggs that we counted the other week.

And as Christmas approaches, we’ve been getting into the festive spirit wearing our Christmas headgear and listening to Yule time tunes, and feel like we’ve already had so many ‘presents’ to open as we received our second cargo drop of the season. This entailed firstly making sufficient space in the Boatshed for the incoming boxes, then getting them inside as they arrived by zodiac (small dinghy) and human chain, and later, reorganising them by content. We all looked forward to this morning workout and then getting new or sold out items back into the shop.

And as for Christmas Day itself, it’s certainly going to be a unique one for us. It’s a much-appreciated rest day, and we’ve already decided that we’ll all share cooking duties that day. So far on the menu, we have roast potatoes, thanks to a generous ship donation yesterday, quiche, smoked (tinned!) oysters, mince tart and Christmas pudding, so apart from the turkey and trimmings, we’re doing OK! You’ll find out exactly what we do get up to on Christmas Day in our next blog. That just leaves me to wish festive greetings to all our trust members, trustees, the UKAHT team at Cambridge, blog readers, and our friends and families. Merry Christmas from the Port Lockroy team (and from all the Gentoos and their Christmas chicks!)

 

Hannah

 

 

Un Noël philatélique et historique

 

Durant nos visites quotidiennes de bateaux et de voiliers, les passagers nous demandent régulièrement : « Qu’est-ce que vous faites ici en fait ? », ou s’intéressent aux recherches que nous menons, en bon scientifiques qu’ils supposent que nous sommes. Ce à quoi nous répondons que la majorité de notre temps pendant quatre mois est utilisé à accueillir nos visiteurs aux musée, bureau de poste et boutique souvenir, qui aide l’association à lever des fonds. A cela ils demandent généralement ce que l’on fait de notre temps libre, à quoi l’on répond que nous n’en avons presque pas vu que nos journées durent plus ou moins quatorze heures. Cependant il va de soi que notre temps ne se résument pas aux visites, et, en tant que responsable du bureau de poste, de nouveau, je voulais vous parler de toutes ces petites missions philatéliques que l’on a à accomplir.

Cette semaine par exemple, j’ai envoyé 100kg de courriers par bateau en quatre jours. Quand l’on sait qu’une carte postale pèse environ 8gm, je vous laisse apprécier le nombre de cartes envoyées. Au final nous oblitèrerons environ 80,000 lettres et cartes en quatre mois. Donc dès que l’on a une minute dans la boutiques nous oblitérons le courrier posté dans notre petite boîte aux lettres, ou tentons d’avancer dans le tas de 15-20 kg de courriers que peuvent nous apporter les bateaux en une fois (notamment s’ils l’ont collecté à bord depuis février dernier comme c’est arrivé cette semaine).

Nous accomplissons aussi beaucoup de tâches philatéliques pour le bureau de poste de Stanley aux Malouines, où est envoyé tout notre courrier par bateau, avant d’être transporté par avion jusqu’en Angleterre, puis à destination. Tous les ans le Bureau des Affaires Étrangères et du Commonwealth des Territoires Antarctiques Britanniques publie de nouveaux timbres. Cette année, en plus de timbres commémoratifs de la fin de la première guerre mondiale, de belles images de paysages de Port Lockroy, les manchots et les phoques ont la part belle sur nos nouveaux timbres et se vendent comme des petits pains. Tous ces timbres sont aussi disponibles sur des enveloppes de collection oblitérées avec un tampon spécial comprenant la date de parution des timbres. On les appelle « First Day Covers » en anglais. Le 1 er novembre l’équipe de conservation est arrivée sur l’ile avec 13 000 First Day Covers à oblitérer. Un de nos gros challenge de la saison en bon bouche trou est donc d’oblitérer toutes ces enveloppes, qui seront ensuite pour la plupart renvoyées à Stanley pour y être vendues là-bas.

En plus de vendre nos timbres et First Day Covers dans notre bureau de poste, nous avons installé cette semaine un bureau de poste éphémère à bord d’un gros bateau de croisière dont le nombre de passagers dépassait notre limite quotidienne de visiteurs. Pendant que nous étions à bord nous avons aussi donné deux conférences à propos de UKAHT et de l’histoire de Port Lockroy de sa première découverte en 1873 par Édouard Dallman, la provenance de son nom donné par Jean Baptiste Charcot en hommage à son principal sponsor Édouard Lockroy, à la raison pour laquelle les touristes rendent aujourd’hui visite à la Base A, ou Bransfield House, en passant par ses 12 ans de port de pêche pour les baleiniers. La Base A fut construite in 1944 lors d’une expédition secrète menée par le gouvernement britannique, nom de code Opération Tabarin (nom d’une Boîte de nuit parisienne), pour s’approprier des territoires en Antarctique. Ce fut la première base anglaise permanente en Antarctique, occupée presque sans interruption jusqu’en 1962. À la fin de la guerre les recherches scientifiques ont pris le pas, avec des résultats internationalement reconnus dans les domaines de la Géophysique, de la Ionosphère et plus tard dans l’étude du trou dans la couche d’ozone. De nos jours les visiteurs peuvent goûter à la vie telle qu’elle était sur la base dans les années 50 grâce aux quelques 3500 artefacts disposés dans Bransfield House, notre Musée vivant.

Toutefois, il n’y avait aucun manchot sur l’île lorsque la base était en activité à l’époque. Ils ne sont arrivés qu’au début des années 80, quand ils eurent un super bâtiment abandonné à leur disposition pour s’installer ! On leur a gentiment demandé de déménager lorsque Bransfield House fut restauré dans les années 90, mais ils sont tout de même restés aux alentours et sous le bâtiment. Cette semaine nous étions aux aguets dans l’espoir d’un cadeau de Noël en avance ; le premier poussin de la saison. C’est Kirsty qui a entendu le premier « chip chip » et vu notre tout premier bébé le 20 décembre, suivi de près par Guillaume qui vit le deuxième de la saison le lendemain matin, dans le même nid ! Avec un peu de chance nous devrions maintenant les voir rapidement montrer le bout de leur bec depuis les 900+ œufs que nous avons comptés.

Avec l’approche de Noël nous nous sommes laissés gagner par l’esprit de fête, en portant nos bonnets de Noël et en écoutant les tubes de saison, tout en ouvrant nos premiers « cadeaux » apportés par notre seconde livraison de cartons. Cela a bien entendu impliqué de faire de la place dans le Boatshed pour les recevoir, puis de les y transférer depuis les zodiacs et chaînes humaines qui nous les ont apporté, avant de les rangers par univers selon leur contenu. Nous attendions tous cette matinée avec impatience pour pouvoir réapprovisionner la boutique avec les produits en rupture de stock et mettre en place les nouveautés.

Quant-au jour de Noël en soi, il sera certainement unique pour nous. Ce sera un jour de congé très apprécié, que nous avons déjà décidé de passer à cuisiner tous ensemble. Pour l’instant nous avons au menu des huîtres fumées en conserve, un gratin de pomme de terre grâce à la récente généreuse donation d’un bateau, une quiche et un gâteau de Noël. Donc à priori, mis à part la dinde et son assortiment on s’en sort pas trop mal ! Vous découvrirez notre menu final dans notre prochain blog.

Il ne me reste plus qu’à présenter nos vœuxs à tous les membres de l’association, à savoir le comité de direction, nos généreux donateurs et toute l’équipe de Cambridge, mais aussi à tous les lecteurs du blog et enfin à nos familles et amis.

Joyeux Noël à tous, de toute l’équipe de Port Lockroy (et de la part des manchots et de leur poussins de Noël !)

 

Hannah

Subscribe to our newsletter

Submit

Press Enquiries

We are very keen to promote the important heritage work that we do, telling the story of life in Antarctica both past and present. If you are interested in running a story about us, using our images or films or want to discuss an interview or potential collaboration opportunity we would love to hear from you.  Please contact either Sarah or Lewis at Limewash to discuss your requirements sarah@limewash.co.uk or +44 (0)1223 813 557.