21 January 2019 Week Eleven

Hello everyone! I hope the world is going well while we are down here. Everything is fine on our side, quiet and peaceful as usual. Another week being five and still living in ‘marital bliss’. Music is always on in our Nissen hut, but we have traded Christmas carols for artists such as Ilivor or Thomas Kahn. People keep asking how it is going for me, being the only man with now four women, but they don’t seem to realize that the ladies are amazing!

Speaking of ‘chicks’, I thought I would take time to tell you more about our cute neighbours as you may know that I am in charge of monitoring them, on behalf of BAS scientists. For the same BAS scientists, we also register the daily weather, report all wildlife we see and do a monthly beach survey. Regarding Gentoos, they live on the island amongst the buildings and whaling boat relics, but it is really more a case of us living alongside them. And in fact, their summer season is probably as busy as ours. So here comes the Gentoo summer cycle at Port Lockroy.

Gentoos arrive on Goudier island in late October - early November. Usually, males arrive a bit in advance and start building the nest. Around 85% of couples remain faithful to each other all their lives, although they don’t automatically spend winters together. They often go their separate ways at the end of summer and meet again eight months later at their nesting area. During Antarctic winters they feed close to the shore in ice shallows. They usually dive at a depth of up to 50m, but have been seen going down to 170m, and at an average speed of 1,8m per second, which is roughly 6,5km per hour. However, they can swim up to 36km per hour. 

Their summer season lasts 4 to 5 months and has two phases, breeding and moulting. So, before returning to the sea for winter, Gentoos will moult. Penguins are unusual amongst birds in that they renew the whole of their plumage annually over a short period of 15 to 21 days. During this period they can’t go swimming as the waterproofing of their feathers is lost until the new ones have fully grown. As they can’t go to the sea, they can’t feed during this time and have then an intense pre-moult feeding period where they increase their body weight by up to 50-70%.

This moult period is very important in their lifecycle, as it ends the breeding period and marks the beginning of their holidays. As you can imagine, their chicks must be autonomous by then, otherwise, there will be nobody to feed them for up to three weeks.

Regarding the breeding, after both parents are reunited on the island, they work on their nest, mate, and lay two eggs. They build a dry stony nest. The idea is to keep the eggs warm at all times, therefore, they often turn them around to make sure every side of them is in contact with their body. We could really see the difference between older penguins and juveniles as some of the younger ones would lay eggs on snow, or let them roll out of the nest. In both cases, Skuas and Snowy Sheathbills don’t have any sympathy for those learners. If they lose one or both eggs, penguins can lay an extra egg, and Gentoos can even lay an extra two, but if they are laid too late in the season, it is unlikely that chicks will be ready before the moult period.

This year, we spotted our first egg on 14th November near the boatshed. When we counted the whole island on 4th December, we had 930 eggs in 523 nests. The incubation of eggs lasts between 34 to 36 days, and we were pleased to welcome our first chick on 20th December. Chicks remain in the nest between 25 to 35 days. They grow bigger and bigger and I would say cuter and cuter. As we see them every day it is hard to realize how fast they grow, but expedition members from ships who often visit us always say how much bigger our chicks are since their last visit. This year has been rough for penguins because of the bad weather we had in November and December. They are still on eggs in some other colonies on the Peninsula. Here, however, we now have chicks on almost every nest. We counted 547 chicks in 420 nests on 6th January. This means 19% of our nests were lost, which is about average compared to the last ten years.

Now, our chicks are quite big and most of them are already outside the nest, starting to explore their close surroundings. Parents don’t feed them directly anymore when they come back to the nest. Instead, they try to get the chicks chasing them for food all around rocks, both to train their muscles and to regulate food distribution between siblings. Soon, the chicks will gather in crèches, and spread all over the island. They will be then easy prey for Skuas and Giant Petrels. And as they will venture closer to the shore, they will also be perfect tender meals for leopard seals. Meanwhile, both parents will be feeding at the same time, to prepare for their moult period. I said before that chicks had to be autonomous before their parents moult. If they are born late, there is a terrible, yet necessary abandoning period, where parents stop feeding their chicks that won’t be ready in time meaning that adults will bet on next year’s breeding success instead of wasting their energy.

Knowing all this, I must say that we have been lucky so far to only witness Skuas attacking a few nests; the worst is yet to come. Nature rules.

Our human summer season at Port Lockroy suddenly seems much easier!

 

Guillaume

 

 

 

 

Un été chez les Papous

Salut la compagnie! J’espère que tout va bien dans le monde pendant que nous sommes ici.

Tout se passe bien de notre côté dans notre havre de paix et de tranquillité. Une nouvelle semaine à cinq et toujours pas de petits crimes conjugaux. La musique aide, et nous avons troqué les chœurs de Noël pour du Ilivor ou du Thomas Kahn. Les gens me demandent constamment ce que ça fait d’être le seul homme avec désormais quatre femmes, mais ils n’ont pas l’air de réaliser que mes Ladies sont formidable!

Et puisque l’on parle de poulettes, je pensais vous en dire un peu plus sur nos charmant voisins, étant en charge de les étudier cette saison, pour le compte des scientifiques de BAS. Pour ces mêmes scientifiques nous enregistrons quotidiennement la météo, relevons toutes les espèces vivantes que l’on observe et effectuons un nettoyage de plage mensuel. Pour en revenir aux Papous, ils vivent sur l’île parmi les bâtiments et les reliques de barques de pêcheurs de baleine, mais au final c’est plutôt nous qui vivons parmi eux. D’ailleurs leur saison estivale est probablement autant rempli que la nôtre. Voici donc un été chez les manchots Papous à Port Lockroy.

Les Papous arrivent sur l’île Goudier fin octobre début novembre. En général les mâles arrivent un peu en avance et commencent à ériger le nid. 85% des couples restent fidèles toute leur vie, bien qu’ils ne passent pas forcément l’hiver ensemble. Les couples se séparent en général à la fin de l’été et se retrouvent huit mois plus tard sur leur lieu de nidification. Pendant l’hiver Antarctique ils restent le long des côtes tant que la glace le permet. Ils plongent à 50m de profondeur en moyenne, mais ont déjà été vu à plus de 170m, et à une vitesse moyenne de 1,8m par seconde, soit environ 6,5km par heure. Ils peuvent toutefois nager à une vitesse de 36km par heure si nécessaire.

Leur saison estivale qui dure entre quatre et cinq mois se compose de deux phases, la reproduction et la mue.

Les Papous muent donc avant de repartir en mer pour l’hiver. La particularité des manchots par rapport aux autres oiseaux est que le renouvellement annuel de leur plumage se fait d’un coup en 15-21 jours. Durant cette période ils ne peuvent pas aller dans l’eau leurs plumes n’étant plus imperméables tant que les nouvelles n’ont pas fini de pousser. Comme ils ne peuvent pas aller en mer, ils ne peuvent pas se nourrir et ont donc une intense période de pré-mue durant laquelle ils augmentent leur masse corporelle de 50 à 70%. Cette période de mue est très importante dans la vie des manchots, elle est la transition entre la période de reproduction et les vacances ! Comme vous pouvez l’imaginer, les poussins doivent être autonomes avant ça, autrement il n’y aura personne pour les nourrir pendant trois semaines et ils mourront de faim.

En ce qui concerne la reproduction, une fois que les parents se sont retrouvés sur l’île, ils finalisent le nid, s’accouplent et pondent deux œufs. Ils construisent un nid de cailloux empilés, sec. L’idée est de garder les œufs à température corporelle à tout instant, ils les tournent ainsi régulièrement dans le nid pour être sûr que chaque face soit le plus possible en contact avec leur corps. Nous avons vraiment pu observer la différence entre les parents chevronnés et les jeunes tourtereaux de l’année qui pondent parfois leurs œufs sur la neige ou les font rouler accidentellement hors du nids. Dans les deux cas, les SheathBills et les Skuas ne leur font pas de cadeaux. SI ils perdent un œuf ou les deux, les manchots peuvent en pondre un de plus, et les Papous peuvent même en pondre deux de plus. Cependant, si ces derniers sont pondus trop tard dans la saison, il y a peu de chances pour que les petits soient prêt avant la phase de mue.

Cette année nous avons aperçu notre premier œuf le 14 novembre, près du Boatshed. Quand nous avons effectué le comptage global de l’île, nous avons recensé 930 œufs dans 523 nids. La période d’incubation dure entre 34 et 36 jours et nous étions donc heureux d’accueillir notre premier poussin le 20 décembre. Les petits restent dans le nid entre 25 et 35 jours. Ils grossissent toujours plus, mais je dois dire sont aussi de plus en plus mignons. Cette saison est particulièrement dure pour les manchots, notamment à cause de la météo que nous avons eu en novembre et décembre. Ils couvent encore leurs œufs dans certaines colonies de la Péninsule. Sur Goudier nous avons maintenant des poussins dans presque chaque nids. Nous en comptions 547 le 6 janvier, dans 420 nids. Nous avons donc perdu 19% de nos nids en un mois, ce qui est à peu près la moyenne ces dix dernières années.

Aujourd’hui nos poussins sont bien dodus et la plupart d’entre eux commencent à sortir du nids et à en explorer les alentours. Les parents ne nourrissent plus directement leurs petits en revenant au nids, mais les forcent à leur courir après pour développer leurs muscles et réguler la répartition de nourriture dans la fratrie. D’ici peu les poussins quitteront le nid et formeront des crèches partout sur l’île. Ils deviendront alors des proies idéales pour les Skuas et les Petrels Géants. Et alors qu’ils se rapprocheront du rivage pour apprendre à nager, ils deviendront un festin de viande bien tendre pour les léopards des mers. Pendant ce temps leurs parents seront tous deux en mer à se nourrir pour préparer leur mue. Je disais plus tôt que les petits devaient être autonome avant la mue des parents. Vers la fin de l’été il y a une terrible période d’abandon, où les parents arrêtent de nourrir les petits qui ne seront pas prêts à temps. En clair ils remettent à l’année prochaine leurs chances de succès de reproduction et arrêtent de gaspiller leur énergie pour une cause perdue d’avance. Nous qui nous plaignions des attaques de skuas sur les nids, il semblerait que le pire reste à venir pour les papous. La nature suit son cours.

Notre saison à nous à Port Lockroy me paraît bien plus tranquille d’un coup !

 

Guillaume

Subscribe to our newsletter

Submit

Press Enquiries

We are very keen to promote the important heritage work that we do, telling the story of life in Antarctica both past and present. If you are interested in running a story about us, using our images or films or want to discuss an interview or potential collaboration opportunity we would love to hear from you.  Please contact either Sarah or Lewis at Limewash to discuss your requirements sarah@limewash.co.uk or +44 (0)1223 813 557.