18 February 2019 Week Fifteen

Last week, we celebrated the 75th Anniversary of Operation Tabarin, which was Britain’s secret mission to establish bases in Antarctica during World War Two. Therefore, I thought that I would start my blog by discussing how we live at Base A today and compare and contrast this with how the early pioneers lived here in the ’40s and ’50s. It is interesting to see how some things have changed yet others remain the same and I will illustrate this with some examples:

Food

Food, or lack thereof, has played and still plays an important role in any stay in Antarctica. It is necessary as a fuel, but also in the maintenance of morale. Wherever possible, special events such as birthdays and Christmas were celebrated with a special meal or a cake, and this still happens today. When Port Lockroy was established in 1944, a cook was included in the party. After a few years, base staff took over the role, taking it in turns to cook, which is how Port Lockroy still operates today. They used to cook on an anthracite-fired stove, whereas we have a modern gas oven. They mainly ate tinned or dried food and this aspect hasn’t changed, although we do have more variety. Many of the brands are still the same, such as Tate and Lyle sugar and Quaker Oats. As a varied diet is important, they used to supplement their rations by eating locally available fresh food such as seal and various eggs. From these ingredients, they were able to create such delicacies as “seal brain omelette”. This doesn’t happen today, of course, but we do have the luxury of occasional invitations to dine on cruise ships. We still miss fresh fruit and vegetables as they did, though. In the 1950s, they had tinned green beans and clearly didn’t eat them as they can still be found in our museum – we get them today too and they still aren’t eaten! Some things never change.

Clothing

Our clothing needs haven’t changed since the earliest days of the base; clothes must be warm, windproof and waterproof. The materials that the clothing is made from has changed a lot, however. Originally, they used natural products of wool, silk, fur and leather clothing which worked well. Now, our clothes are made from lightweight, quick drying, breathable, manmade materials, although wool socks and fine wool underwear are making a comeback. They made and mended their own clothing which was easier with natural fibres. Also, emerging from wartime conditions, those early staff were masters at 'make do and mend'. During the long winter months, they had time to do repairs and many knitted as well. They also adapted existing clothing. These early adaptions to suit the conditions have now become the normal standard for clothing in Antarctica. Today, our clothes are branded and fashionable, and clothes change colour and design. One huge difference I see is that our clothing now is much more colourful. There was no bright pink in the 1950’s! As then, we have limited washing facilities for our clothes, but we appreciate having our laundry done for us by the cruise ships.

Work

The early base was there for scientific research or to support the scientists. Today, we work mainly as a service industry to run the base as a museum, visitor centre, post office and shop. However, we are still also involved in some science. The long-running penguin survey continues as it has done for over 20 years. We also concentrate on conservation and education and part of our remit is to show visitors the natural environment and how important it is. Other tasks include the daily chores involved in living in such a remote place, and just like the early base staff, we too have to remove any waste we generate. Some things never change. We also still write a base diary and carry out meteorological observations.

I suspect the biggest change is that we now have women on base compared with the men only early years. Looking back over 75 years of Port Lockroy history there is a comforting overall feeling of similarity, yet looking at the details, many things have changed. I do think, however, a team member from the 1950s would quickly feel at home here today. This confirms my belief that we are fellow travellers with those who have gone before us and those who will join the journey in the future.

Back to 2019 and this week’s news. On Thursday we had a visit from the photographer, Sue Flood. Sue had taken the photographs for the British Antarctic Territory definitive set of stamps for this season: a collection of 12 beautiful penguin pictures. Not surprisingly, they have been selling fast, and it was a nice touch to be able to sell Sue some First Day Covers with the stamps that she had created on them.

Yesterday, we had a team outing to Dorian Bay which is just north of Port Lockroy. Here, UKAHT looks after another historic hut called Damoy Refuge. This hut was a summer air facility (1973 -1993) with a ski-way close by. It provided a transit station for the personnel and cargo which had arrived by ship to be flown on to Rothera Station in early summer when sea ice prevented direct access to the station by sea. The purpose of our visit was to check on the condition of the hut and to do the inventory of the artefacts it houses. It is pleasing to report that the hut was looking good, and we also managed our first walk in 3 months.

Today, Camilla Nichol, our Chief Executive, arrived. She is spending a week at Port Lockroy developing strategies and plans for the future of the historic site and experiencing for herself “Lockroy life”. Camilla may be our guest blog writer next week…if she recovers in time from her recent rather wet and blustery Zodiac ride!

 

Sally

 

 

 

 

75 ans d’histoire

 

La semaine dernière nous célébrions le 75ème anniversaire de l’opération Tabarin, la mission secrète anglaise qui visait à établir des bases en Antarctique en pleine seconde guerre mondiale. C’est pourquoi je pensais commencer mon blog en décrivant notre vie sur la Base A, la comparant avec celle des premiers pionniers dans les années 40, 50. Il est intéressant de voir comment certaines choses ont changé et en comparaison comment d’autres sont restées les même. J’illustrerai le tout avec quelques exemples.

Nourriture

La nourriture, ou parfois le manque de nourriture, a joué et joue encore un rôle fondamental dans tout séjour en Antarctique. Elle est nécessaire en tant que carburant, mais aussi pour le moral des troupes. Dès que l’occasion se présentait, pour les anniversaires ou Noël, on préparait un menu spécial ou un gâteau, et c’est encore le cas aujourd’hui. Quand Port Lockroy fut établit en 1944, un cuistot faisait partie de l’expédition. Après quelques années les membres de la base prirent le relais en cuisinant chacun à leur tour, et cela fonctionne toujours ainsi à Port Lockroy. Ils cuisinaient sur une vieille cuisinière à charbon, anthracite, alors que nous avons une belle cuisinière a gaz. Ils se nourrissaient majoritairement de boîtes de conserve et de produits déshydratés, et ça n’a pas trop changé bien que nous ayons plus de variétés. Beaucoup de marques sont les mêmes, telles que le sucre « Tate and Lyle » ou encore les produits « Quaker Oats ». Comme il est important de varier les plaisirs, ils agrémentaient leur menu de produits frais locaux tel que du phoque ou divers œufs. Avec ces ingrédients ils pouvaient créer quelques mets raffinés telle que l’omelette de cervelle de phoque. Cela ne peut plus se produire de nos jours bien évidemment, mais nous profitons du luxe d’occasionnelles invitations à dîner à bord de bateaux de croisière. Nous manquons toutefois toujours de fruits et légumes frais comme eux avant. Dans les années 50 ils recevaient beaucoup de conserves de flageolets qu’ils ne mangeaient apparemment pas vu qu’il y en a plein le musée. Nous en avons aussi tout un stock auquel nous ne touchons pas beaucoup non plus… Certaines choses de changent pas !

Vêtements

Nos besoins vestimentaires n’ont pas évolué depuis les premiers jours de la base : chaud, imperméable et protégeant du vent. Les matériaux de fabrication en revanche ont bien changé. À l’époque ils utilisaient des produits naturels tels que la laine, la soie, la fourrure ou le cuir, qui étaient efficaces et leur permettaient de faire leurs vêtements eux-mêmes.  De nos jours nous utilisons des matériaux artificiels légers, qui sèchent vite et respirent, bien que les chaussettes et sous-couches en laine fassent leur comeback. Avec leur expérience de la guerre, les premiers personnels de base étaient passés maître en adaptation, improvisation et amélioration. Durant les longs mois d’hiver ils avaient tout à loisir de faire un peu de couture pour remiser leurs vêtements et les adapter à leur environnement. Ces adaptation et améliorations de leur équipement sont devenus les standards des équipements modernes pour l’Antarctique. De nos jours les vêtements de l’équipe sont sponsorisés et fashion, avec un design et des couleurs qui changent tous les ans. La différence la plus flagrante que je constate aujourd’hui est que nos vêtements sont beaucoup plus colorés ; pas de rose dans les années 50 ! Comme alors, nos  options de lavage sont limitées, et nous apprécions que les bateaux de croisière fassent notre lessive.

Travail

La base d’origine était là pour la recherche scientifique. De nos jours nous travaillons surtout dans le secteur du service avec la base transformée en musée, centre touristique, bureau de poste et boutique souvenir. Nous sommes cependant toujours plus ou moins impliqué dans la recherche scientifique avec notamment l’étude de la colonie de manchots qui dure depuis 20 ans. Nous nous concentrons aussi sur la conservation et l’éducation des visiteurs à l’importance de la préservation de notre environnement. Sans oublier les tâches quotidiennes liées à un lieu aussi reclus que le nôtre, et comme jadis, nous devons nous nous occuper des déchets que l’on génère. Certaines choses ne changent pas. Nous écrivons d’ailleurs toujours un journal de base, et effectuons des relevés météorologiques quotidien.

Je suppose que le gros changement est qu’aujourd’hui il y a des femmes sur la base alors qu’il n’y avait que des hommes pendant longtemps. Si l’on considère les 75 ans d’histoire de Port Lockroy il subsiste un agréable sentiment de similarité dans l’ensemble, si l’on se penche sur les détails en revanche, de nombreuses choses ont changées. Je pense cependant qu’un membre d’équipe des années 50 se sentirait vite à l’aise aujourd’hui. Cela confirme mon sentiment que nous sommes tous compagnons d’une même aventure, tant ceux qui étaient là avant nous, que les prochains à venir.

Revenons-en à 2019 et aux nouvelles de la semaine. Jeudi nous avons reçu la visite de la photographe Sue Flood. Sue est l’auteur de photos utilisées cette saison par le British Antarctic Territory pour un nouveau set de 12 timbres  de manchots, poussins et adultes. Sans surprise ils se vendent comme des petits pains à la boutique et c’était sympa de vendre à Sue des First Day Covers avec ses timbres dessus.

Vendredi nous avons eu une sortie d’équipe à Dorian Bay, à 10 minutes au nord de Port Lockroy. UKAHT s’occupe aussi d’une ancienne base là-bas, la Damoy Hut. Ce refuge était une station aérienne d’été de 1973 à 1993 avec une petite piste d’atterrissage pour avion sur skis. C’était une station intermédiaire entre Ushuaïa et la base scientifique de Rothera au sud de la péninsule, pour les hommes et le matériel qui ne pouvaient pas accéder directement à la base en début de saison à cause de la glace. Le but de notre visite était de vérifier l’état du refuge et de faire l’inventaire des artéfacts qu’il abrite. Nous étions ravi de constater que tout allait bien là-bas et de faire notre première « rando » en trois mois.

Et enfin samedi est arrivée Camilla Nichol, notre big boss. Elle vient passer une semaine avec nous pour expérimenter la vie à Port Lockroy et travailler sur le futur de la base historique. Camilla écrira certainement notre prochain blog, si elle arrive toutefois à se remettre de son trajet en zodiac, particulièrement acrobatique et humide !

 

Sally

 

Subscribe to our newsletter

Submit

Press Enquiries

We are very keen to promote the important heritage work that we do, telling the story of life in Antarctica both past and present. If you are interested in running a story about us, using our images or films or want to discuss an interview or potential collaboration opportunity we would love to hear from you.  Please contact either Sarah or Lewis at Limewash to discuss your requirements sarah@limewash.co.uk or +44 (0)1223 813 557.