14 January 2019 Week Ten

I am the newest member of this season’s team, having arrived one week ago. Now I have settled in I have time to write a blog and I thought I would start by explaining my connection with Base A and why I return.

Although I have just arrived it is my third season working here and my association goes back much further. I first visited an abandoned, forlorn and dilapidated Base A over 20 years ago. It looked sad but also quietly enchanting as I realised that it had only been abandoned by man; the penguins still called it home and nature ruled. When I returned four months later Bransfield House had been transformed. The initial restoration had been completed and the doors and windows had been painted bright red. The base was smiling again, it looked fantastic and I was hooked.

In 2006 – 2007 I was thrilled to be given the opportunity to spend a season at Port Lockroy. We lived in the historic Bransfield House and lying in bed in the bunkroom, I imagined the earlier inhabitants and often thought, “if only these walls could talk…”. Since then they have as the 2010 restoration discovered the “Port Lockroy Ladies”. (For those of you who are a little concerned, they are hand drawn murals). Base A gives up its secrets slowly; I wonder what other delights will be found.

When I returned last season, the Base had changed yet again. The dilapidated Nissen Hut had been rebuilt and was the new staff accommodation. Port Lockroy is slowly returning to its former glory. This change has allowed Bransfield House to be restored to its original layout in the bunkroom, darkroom and workshop. The constant development, the appearance of new artefacts and hearing stories of the past excites me, and I learn more with every visit.

Port Lockroy’s beauty exerts a great pull; a tiny building dwarfed by a majestic panorama of mountains, sea and sky. Last week a guest said, “it is so beautiful I think I’m going to cry”. She summed up Port Lockroy exactly and I feel it is the perfect description. Amongst the beauty, it is a sobering thought to know that Base A was built during the dark days of World War Two.

Goudier Island, the surrounding mountains and sea are constants, yet ever changing. The changes can be dramatic with snow and ice falling and melting, the subtlety of differences in light and movement, or the lapping of waves and the ever-changing Gentoo rookery as the chicks continue to grow. It has a vibrancy and feeling of life that is unique.

Nature is very much in charge at Port Lockroy and I feel privileged to share it with penguins, seals, whales and seabirds. Every day I witness some amusing or endearing animal behaviour. The wildlife is a huge part of the Port Lockroy experience. I have mentioned several reasons for being drawn back to Port Lockroy but the greatest draw is revisiting my “Antarctic Family”. As well as the wildlife the family also includes the Port Lockroy team and all the visitors I meet. They come as visitors and staff but leave as friends. Like me, however, most say their favourites are our feathered penguin neighbours.

What we do on base today is history in the making. The story of Port Lockroy continues, and our daily base diaries and weekly blogs are placed in the British Antarctic Survey archives. With this in mind, I will tell you a little of the history that has occurred this week.

Monday was a rest day, which was lucky for me as I’d only just arrived! After a relaxing morning mainly catching up with family and friends Gui created a novel event for us - probably the first ever treasure hunt at Port Lockroy. This involved solving codes and puzzles from information and artefacts in the museum and ended in a complex crossword, which tested our knowledge of the base and gave us the answer to the location of the treasure. We did get stuck on one clue and had to trade the answer for a gash duty, though! It was fun, but it also made us take the time to really look at the museum and we all learnt new facts.

The weather over the last few days has been perfect, so we have been making good use of it to complete many tasks. The back wall of Bransfield House has been painted with bitumen and looks like new. Heidi and I patched a hole in the workshop’s corrugated tin cladding which was particularly rewarding and required us to follow a detailed set of instructions from Geoff (our conservation coordinator in Cambridge). The Boatshed has been readied for our next cargo drop on Monday and while we were there we checked and tested the emergency equipment which is stored there.

Our recent perfect weather has also been ideal for going on jollies. We have been so lucky this week to have two “super cool” (latest Lockroy phrase) trips off our island. Goudier Island isn’t much bigger than a football pitch, so it is refreshing to escape and also very interesting to see the geography of the surrounding area. On Friday we had a fantastic zodiac ride around our island. We saw Leopard seals on the ice, got closer to the magnificent glaciers and landed on Boogie and Woogie Islands. These are two small islands about 200 metres from ours. We see them every day, but without a boat, we had never visited them. Yesterday, the base members from the nearby Chilean Base, Yelcho, invited us to visit and to have a tour of their base and a BBQ. They collected us in their boats and we got to explore a bit more of our local area with a 20-minute boat ride to their home. We had a brilliant evening and left as friends and once again I had a wonderful “Antarctic Family” experience.

 

Sally

 

 

 

 

Pourquoi je reviens à Port Lockroy

 

Étant arrivée il y a une semaine seulement, je suis la petite nouvelle de l’équipe. Maintenant que je suis installée j’ai un peu de temps pour écrire ce blog, et je pensais vous raconter ma connexion avec la Base A, et pourquoi j’y reviens.

Bien que je vienne d’arriver, il s’agit de ma troisième saison à travailler là, mais mon histoire ici a commencé bien avant ça. Tout a commencé par la visite d’une Base A abandonnée, triste et en piteux état il y a plus de 20 ans. Triste, mais aussi enchanteur dans un sens, quand je compris que seul les humains l’avaient abandonné ; les manchots y étaient désormais chez eux, et la nature avait repris ses droits. Quand j’y suis repassée 4 mois plus tard, Bransfield House avait était transformée. Les premières restaurations avaient eu lieu, et les portes et fenêtres étaient peintes en rouge pétard. La base nous souriait de nouveau, j’étais prise dans ses filets.

En 2006-2007 j’étais ravie qu’on me donne l’opportunité de passer une saison à Port Lockroy. Nous vivions dans l’historique Bransfield House, et lorsque j’étais dans mon lit dans le dortoir je pensais aux habitants d’avant en me disant « si seulement ces murs pouvaient parler… ». Depuis cette époque ils y ont découvert les « Port Lockroy Ladies » lors de la restauration de 2010. (Peintes à la main sur les murs du dortoir). La Base A délivre ses secrets petit à petit ; je me demande quelles merveilles elle recèle encore.

Quand je suis revenue la saison dernière, la base avait encore changée. La Nissen avait été reconstruite et était le nouveau logement pour l’équipe. Port Lockroy retrouve peu à peu sa gloire d’antan. Ce changement a permis au dortoir, à l’atelier et à la chambre noire de Bransfield d’être restaurés dans leur disposition d’époque. Les développements constants, l’apparition de nouveaux artéfacts et d’entendre de nouvelles histoires du passé m’enchantent et j’en apprend d’avantages à chaque visite.

La beauté de Port Lockroy vous attire comme un aimant ; un petit bâtiment rendu plus petit encore par la majesté du paysage de montagnes, mer et ciel qui l’entoure. La semaine dernière une visiteuse me disait « c’est tellement beau que je vais pleurer ». Elle résumait parfaitement Port Locroy, et je pense que s’en est la meilleure description. Toute cette beauté nous ferait presque oublier que la Base A fut construite durant les années bien noires de la seconde guerre mondiale. Bien que constants, l’île Goudier, les montagnes autour et la mer sont en perpétuels changements. Ceux-ci peuvent être flagrants tels que la neige qui fond ou les glaciers qui se brisent, mais aussi plus subtiles dans les changements de lumière ou le bruit des vagues, sans oublier nos colonies de manchot en changement perpétuel avec les poussins qui grandissent. Il en émane une vibration et un souffle de vie unique.

Mère nature est seule maître à Port Lockroy, et je me sens privilégiée de le partager avec les manchots, phoques, baleines et autres oiseaux marins. Chaque jour je m’amuse de comportements attendrissant d’animaux. La vie sauvage prend une part importante dans l’expérience Port Lockroy. J’ai mentionné plusieurs raisons d’être sans cesse ramenée à Port Lockroy, mais l’aimant le plus puissant est ma famille de l’Antarctique. Avec la faune, la famille inclus aussi l’équipe de Port Lockroy, et tous les visiteurs que je rencontre. Ils arrivent touristes ou personnels de bord, et repartent mes amis. Bien que, comme moi, ils préfèrent en général nos petits voisins duveteux.

Tous les jours sur la base, nous écrivons son histoire. Notre journal de bord quotidien et nos articles de blog hebdomadaires sont tous placés dans les archives du British Antarctic Survey. Et avec ça en tête, je vais vous raconter un peu ce qui s’est passé cette semaine.

Lundi était un jour de congé, ce qui était un sacré morceau de chance pour moi vu que je venais d’arriver ! Après une matinée de détente à envoyer quelques nouvelles à nos familles et amis, Guillaume a créé pour nous une aventure digne de roman, probablement la première chasse au trésor à Port Lockroy. Cela impliquait de résoudre des énigmes et déchiffrer des codes en nous aidant des informations et des artéfacts du musée et s’est fini par un mot croisé hardu qui a mis à l’épreuve nos connaissances de la base et nous a finalement révélé l’emplacement du trésor. On s’est bien retrouvé coincé sur une énigme et avons dû échanger un indice contre un tour de « vidage » de seau. C’était très amusant et ça nous a permis à tous de passer plus de temps dans le musée et d’apprendre de nouvelles choses.

La météo a été au beau fixe ces derniers temps et nous avons pu avancer sur de nombreuses tâches. Le mur arrière de Bransfield House est enfin peint au bitume et paraît comme neuf. Heidi et moi avons fièrement réparé un trou dans le mur extérieur de tôles ondulées de l’atelier sous la directive de Geoff (de notre équipe de conservation de retour à Cambridge). Le Boatshed a été préparé pour notre prochaine livraison de produits pour la boutique lundi, et tant que nous y étions nous avons vérifié et testé le matériel de secours qui s’y trouve.

Notre récente parfaite météo a aussi été idéale pour de petites excursions. Nous avons eu la chance cette semaine d’avoir deux « super cool » (notre expression du moment) sorties hors de l’île. L’île Goudier n’est pas plus grande qu’un terrain de football comme vous le savez, donc ça fait du bien d’en sortir et c’est de plus très intéressant de découvrir la géographie environnante. Vendredi nous avons eu un super tour en zodiac autour de l’île. Nous avons vu des Léopards des mers, nous sommes approchés des impressionnants glaciers, et avons mis pieds sur Boogie et Woogie. Ces dernières sont deux minuscules îles à 200m de la nôtre. Nous les voyons tous les jours, mais sans bateau nous n’y avions jamais été. Et hier, l’équipe de la base chilienne de Yelcho, nous a invité à visiter leur base et faire un barbecue avec eux. Ils sont venus nous chercher en bateaux ce qui nous a permis, en seulement 20 minutes, de découvrir de nouveaux chenaux tout proche de nous. Nous avons passé une super soirée et nous sommes quittés amis. Une fois encore, j’ai pu vivre une formidable expérience et agrandir ma famille de l’Antarctique.

 

Sally

Subscribe to our newsletter

Submit

Press Enquiries

We are very keen to promote the important heritage work that we do, telling the story of life in Antarctica both past and present. If you are interested in running a story about us, using our images or films or want to discuss an interview or potential collaboration opportunity we would love to hear from you.  Please contact either Sarah or Lewis at Limewash to discuss your requirements sarah@limewash.co.uk or +44 (0)1223 813 557.