11 February Week Fourteen

The last month for this year’s Port Lockroy team started a few days ago when we heard our official departure date from our Antarctic home which we have all grown to love. We’ll be boarding a ship on the 8th of March to start our journey back to Ushuaia, but before that, we have a big list of tasks to complete as we start the preparations of closing the base for the winter.

The past week has brought a lot of changes to our daily living. We previously told you how we are sharing this tiny island with a large Gentoo penguin colony. Many of the penguins have started their annual moulting process when they lose all of their feathers to replace them with a new waterproof layer for the incoming winter. The moulting process takes approximately two to three weeks and during this time the adult penguins are not able to go to the sea to feed. Before the process starts the penguins eat as much as possible so that they are able to survive through it. Going through the process is very stressful for the penguins which is why we have to be extra careful around them and give them a lot of space. This has meant reducing the area on the island our visitors can access as well as changing our own regular routes. Life at Port Lockroy goes on penguin terms.

Guillaume previously told you about the penguin study that has continued here for over two decades and in my previous blog five weeks ago I touched on the topic of ionospherics studies the men conducted here when the base was an operational research station from 1944 to 1962. However, a lot of other important research was done at Base A and as we celebrated the 75th anniversary of the day when the men landed at Port Lockroy with Operation Tabarin on the 7th of February, I thought that this was the perfect opportunity to tell you more about it.

The research done at Port Lockroy included detailed studies of geology, marine biology, glaciology, meteorology and the atmosphere. Although Antarctic research has come a long way since 1962, it was the science carried out in the early days that laid the foundation for the important research that happens in Antarctica today and changes policies around the world.

The first studies done at Port Lockroy were mainly meteorological. The research on the Peninsula was largely funded by the tax on whale oil so in return the bases provided weather forecasts for the whaling fleets. A range of instruments was used to record air pressure, temperature, wind speed, precipitation, relative humidity and sunshine data. It was quickly discovered though that Port Lockroy has a very localised micro-climate and the recordings did not reflect the weather around the area. The regular weather observations ceased in 1952. Today, people can still see in the museum a lot of the tools that were used to record this data including the sunshine recorder and pilot balloons that were used to calculate wind speed and direction at different altitudes.

The Union Radio Mark II Ionosonde, nicknamed the ‘Beastie’, is one of the most remarkable artefacts of the museum and the centrepiece of the Ionospherics Room, but it was also one of the most important pieces of machinery on the base. It was used to transmit pulses of radio waves into the atmosphere and measure their echoes. This information was not only used to find the optimal frequencies for long distance radio communication but it was also crucial information used to discover the global wind systems in the upper atmosphere above the Peninsula. It was the study of the long-term ionospheric data from Port Lockroy that eventually led to the discovery of the hole in the ozone layer. The collection of ‘Whistlers’ was another piece of atmospheric research carried out in the base. The ‘Whistlers’ are low-frequency radio waves generated by lightning, which travel into space along the Earth’s magnetic field.  The waves can be detected on the opposite side of the world from the original lightning strike and recorded as sounds. The research done at Port Lockroy from 1957 onwards enabled new technology to transmit extremely powerful signals that would spread across the world and could be received at great depths under the sea. This new technology was used to communicate with submarines during the Cold War.

Although Port Lockroy was a static scientific base, short expeditions were also made to the neighbouring islands where studies were carried out. These expeditions started with a boat journey from Goudier Island if the sea ice was not strong enough to carry the weight of the men and their gear. The expeditions were very dependent on weather conditions and resources that were available. Most of the studies concentrated on collecting geological and biological specimens, surveying the surrounding area and taking compass bearings of prominent features of the mainland coast and other islands that could not be reached.

A lot of the science that was done at Port Lockroy was truly groundbreaking and although Base A is not a research base any more, the legacy is continued in many other scientific bases around Antarctica today. With our modern tools, clothes and communication systems, it is difficult to imagine the hardship the men stationed here went through during the long and dark winters, but we are in an extremely lucky position to have spent the past few months here surrounded by the history that has allowed us to take a glimpse of the past.

With one month to go, our thoughts are getting conflicted. We are looking forward to seeing our friends and families again and at the same time, the idea of leaving the towering mountains, calving glaciers and our penguin family behind makes us sad. Time flies when you are surrounded by all this beauty and we will enjoy every minute of it while we still can.

Heidi

 

 

 

 

La Base A célèbre ses sciences

Le dernier mois de notre saison à Port Lockroy a commencé il y a quelques jours quand nous avons appris la date officielle de notre départ de notre chère île que nous aimons tant. Nous embarquerons donc le 8 mars à bord d’un bateau de croisière, en route pour Ushuaia. Avant ça nous avons une belle liste de tâches à accomplir en vue de la fermeture de la base pour l’hiver.

La semaine dernière a apporté avec elle son lot de  changements dans notre quotidien. Comme vous le savez, nous partageons l’île avec une large colonie de manchots Papous. Beaucoup de ces derniers ont commencé leur mue annuelle en début de semaine. L’île est maintenant couverte de « mueurs » ce qui est très inhabituel pour la période. Comme Guillaume vous le disait, durant leur mue les manchots renouvellent toutes leur plumes en deux, trois semaines, pour ainsi se doter d’un nouveau plumage étanche avant de passer les mois d’hiver en mer. Durant la mue les manchots ne peuvent pas aller à l’eau et ne peuvent pas se nourrir, ils emmagasinent donc des réserves avant ça pour se préparer à plusieurs jours de jeûne durant lesquels ils seront en mode « économie d’énergie ». Ce processus est très stressant pour les manchots, ils sont vulnérables, et nous devons donc faire extrêmement attention à eux pour ne pas les déranger et ne pas leur faire gaspiller leur énergie. Avec 300 et quelques visiteurs par jour et des « mueurs » partout c’est un challenge de tout instant, et nous avons donc dû réduire les espaces d’accès des visiteurs sur l’île et changer nos propres itinéraires d’accès à la Nissen. La vie à Port Lockroy continue au rythme des Manchots.

Guillaume vous parlait de l’étude faite sur les manchots depuis deux décennies, et lors de mon précédent blog il y a cinq semaines, j’abordais brièvement le sujet des études sur la ionosphère que les hommes poursuivaient ici lorsque la base était active entre 1944 et 1962. Cependant de nombreuses autres recherches d’importance ont eu lieu à la Base A et comme nous célébrions cette semaine, le 7 février, le 75ème anniversaire de l’arrivée sur l’île des hommes de l’opération Tabarin, l’occasion me semblait bonne pour vous en dire plus sur ces études.

Les recherches ayant eu lieu à Port Lockroy incluait de la géologie, de la biologie marine, de la glaciologie, de la météorologie, et l’étude de l’atmosphère. Bien que les recherches en Antarctique aient considérablement avancé depuis 1962, c’est bien les découvertes des premiers scientifiques qui ont posé les bases des recherches modernes, tout en faisant évoluer les politiques internationales.

Les premières études menées à Port Lockroy étaient principalement météorologiques. La recherche dans la Péninsule Antarctique était majoritairement financée par la taxe sur l’huile de baleine, en échange la base travaillait donc sur les prévisions météorologiques pour faciliter la navigation des baleiniers. Toute une série d’instruments étaient utilisés pour enregistrer la pression atmosphérique, la température, la vitesse et le sens du vent, les précipitations, l’humidité de l’air, et l’ensoleillement. Il fut cependant rapidement clair que Port Lockroy bénéficiait d’un micro climat propre et que ces relevés ne reflétaient donc pas la météo des alentours. Les observations météorologiques quotidiennes cessèrent donc en 1952. De nos jours les visiteurs peuvent apprécier les outils de mesure utilisés à l’époque pour enregistrer toutes ces données, notamment l’enregistreur d’ensoleillement, ou encore les ballons pilote, qui étaient utilisés pour mesurer la force et la direction du vent à différentes altitudes.

La iono-sonde Union Radio Mark II, surnommée « the Beastie », est l’une des pièces maitresses du musée, située au centre de la ionospheric room, mais aussi la plus belle prouesse mécanique de la base. Elle était utilisée pour envoyer des impulsions d’ondes radio dans l’atmosphère et en mesurer l’écho. Ces informations n’était pas seulement utilisée pour déterminer la fréquence optimale de propagation des ondes radio à longue distance, mais aussi pour comprendre le fonctionnement global des vents dans les couches supérieures de l’atmosphère au-dessus de la Péninsule. Ce sont ces études menées à Port Lockroy sur la ionosphère qui ont finalement mené à la découverte du trou dans la couche d’ozone.

L’enregistrement de « sifflements » était une autre partie des recherches atmosphériques menées sur la base. Ces « sifflements » sont des ondes radios à basse fréquences générées par les éclairs, qui voyagent tout autour du globe via le champ magnétique terrestre. Ces ondes peuvent être captées et transformées en son depuis l’antipode du lieu où l’éclair a touché le sol. Les recherches menées à Port Lockroy de 1957 à 1962, ont mené au développement de nouvelles technologies permettant d’envoyer des signaux très puissants, capable de se propager tout autour du globe et d’être perçus à grande profondeur. Ces technologies furent d’ailleurs utilisées pendant la guerre froide pour communiquer avec les sous-marins en plongée.

Bien que Port Lockroy fut une base scientifique statique, des expéditions étaient menées de temps à autre vers les îles alentours. Si les glaces étaient trop faibles pour supporter le poids des hommes et du matériel, ces derniers partaient en bateau. Ces expéditions dépendaient bien entendu de la météo et des ressources disponibles. Elles étaient principalement dédiées à la collecte de spécimens géologiques et/ou biologiques, mais aussi à l’étude de la côte et aux relevés au compas des positions d’îles et montagnes qu’ils ne pouvaient atteindre.

La plupart des découvertes effectuées à Port Lockroy permirent de réelles avancées scientifiques, et bien que la Base A ne soit plus dédiée à la recherche, le travail se poursuit de nos jours dans de nombreuses bases tout autour de l’Antarctique. Avec nos équipements et nos systèmes de communication modernes, il est difficile de se rendre compte de la précarité de ces hommes, particulièrement durant les longs mois d’hiver. Nous nous sentons toutefois privilégiés d’avoir pu passer ces quelques mois au milieu de leur histoire.

Avec seulement un mois devant nous, nous avons hâte de revoir nos familles et amis, mais redoutons aussi le moment où nous devrons quitter nos montagnes, nos glaciers et surtout notre tribu de manchots. Le temps passe à toute vitesse entourée par tant de beauté et vous pouvez être sûr que nous profitons de chaque seconde tant que nous le pouvons.

 

Heidi

Subscribe to our newsletter

Submit

Press Enquiries

We are very keen to promote the important heritage work that we do, telling the story of life in Antarctica both past and present. If you are interested in running a story about us, using our images or films or want to discuss an interview or potential collaboration opportunity we would love to hear from you.  Please contact either Sarah or Lewis at Limewash to discuss your requirements sarah@limewash.co.uk or +44 (0)1223 813 557.